ROBOT-O 3000

Je vous conseille de lire le texte ci-dessous avant de voir les images de la série, dans un soucis de compréhension du projet.

>> LA BROCHURE COMMERCIALE <<

>> LE LIVRE <<

Nous sommes dans un futur proche. Suite à des années de débats bioéthiques, le Comité International de Bioéthique (dirigé par l’ONU), légalise finalement la production à grande échelle de robots humanoïdes à haute intelligence artificielle, le robot-o 3000.

Ces robots de verre n’ont, en effet, pas une conscience comme la nôtre, mais ils peuvent développer un caractère, des émotions, selon leur vécu et les choix qu’ils ont pu faire, dès leur sortie d’usine. Ce “noyau”, substitut de conscience (une pierre, minérale, placée dans la tête à l’image d’un cerveau), bouge, évolue, au fil de la vie du robot. Demandez à votre robot des tâches illégales, il y a plus de risques de rébellion ou bien qu’il devienne un hors-la-loi. Au contraire, s’il agit pour faire le bien, ou s’il rencontre les bonnes personnes, sa pierre peut évoluer dans l’autre sens.

Lors de l’achat, l’activation du robot peut se faire avec une pierre choisie parmis plusieurs au choix, qui sont là pour influencer la “base” du caractère de votre robot. Evidemment, ces pierres ne sont là que de manière indicative : vous pouvez choisir une tâche définie pour votre robot et il sera plus aisé de lui implanter une pierre qui l’aide à effectuer cette tâche. Cependant, le minerai pourra toujours évoluer, selon les questions auquel il sera confronté. En d’autres termes, votre robot en sortie d’usine a la même capacité qu’un autre, mais dès ses premiers “choix”, chacun peut prendre des chemins différents.

Néanmoins, les robots qui ne sont pas activés pendant longtemps, qui sont “oubliés” à l’usine, gardent la pierre par défaut (cristal de roche) et certains se rebellent contre le système dont ils font partie. C’est ce que j’ai voulu montrer dans mes mises en scène : ceux en retrait de la société, les exclus qui prennent des voies différentes.


Fascinée par les nouvelles technologies et la puissance des intelligences artificielles, je m’intéresse depuis des années aux questions de la robotique, qu’elle soit banale (robots dans l’industrie) ou plus difficilement imaginables il y a encore une dizaine d’années (robots comme assistants médicaux, ou drones spatiaux).

Voyant l’émergence de la robotique dans de nombreux domaines d’application, j’ai souhaité créer moi aussi, des robots humanoïdes futuristes, reflets de notre société. Pour cela je me suis interrogée sur ce qui avait déjà été fait dans la culture populaire : de Ghost in the Shell à Metropolis ou Robots, en passant par Terminator, le robot avec des câbles, ultra technologique, a déjà fait parler de lui et on connaît tous cette esthétique. J’avais envie de parler de l’inné, de l’acquis, de libre arbitre, thèmes qui me tiennent à coeur et me parlent dans mon rapport à l’inconscient.

Pour répondre à mon sujet et aller le plus loin possible en mixant au mieux mon concept avec la qualité esthétique et technique recherchée pour un mémoire, j’ai décidé de diviser mon projet en deux parties distinctes. D’une part une brochure imprimée et reliée comme une plaquette commerciale ; et d’autre part une série de mises en scène présentées sous forme de livre. 


  •  La brochure 
 Le premier élément est donc un prospectus de plusieurs pages, créé comme une brochure commerciale d’automobile, pour la personne venant d’acquérir son robot : fonctionnement des pierres, détails sur le corps du robot, etc. .
J’y explicite l’évolution du minéral/cerveau et comment l’utilisateur doit faire attention à certaines évolutions dues au libre-arbitre. Des descriptions précises de chaque pierre sont également réalisées (je me suis inspirée des propriétés de lithothérapie qui leur sont données). 
Le but de ce document est de familiariser le spectateur à mon projet et de lui apporter des indices d’analyse sur les mises en situation qu’il verra ensuite. Je souhaite interroger le faux détenteur sur le choix de vie qu’il donnera à son robot, insister sur le fait que tous les robots sont égaux en capacités, et que les seules modifications qu’il pourra connaître seront celles de ses choix (donc de sa pierre), et en aucun cas de son genre, sa couleur de peau, ou encore son physique : tous feront ce qu’on leur demande. 



  • Les mises en scène 
 La seconde partie du projet sont des mises en situation des robots dans la vie réelle. J’ai pris le parti de ne montrer que des robots exclus, qui n’ont pas été mis en service dans la société des humains. Ces mises en scènes sont là pour nous montrer les robots dans différentes situations de leur vie quotidienne, rejetés de la société. La présence des pierres de conscience nous permet d’analyser chaque situation et de leur trouver un sens. Je souhaite montrer plusieurs facettes de la “vie” de robot-frondeur :
    •  La fabrication en usine
    •  La partie militante / militaire de ceux qui veulent renverser l’ordre humain 
    • Des petits groupes sociaux éloignés de la civilisation et pacifiques 
    • La notion de couple 
    • Les limites du robot : avec un corps en verre et l’intérieur végétal, casse et brulures sont risquées. 
Ces images sont accompagnées d’un texte, que l’on peut imaginer écrit par un seul robot -ou plusieurs différents-, qui analyse chaque situation avec son ressenti d’humanoïde. J’ai voulu que l’on comprenne le fonctionnement mental particulier des robots ; et que ce personnage jamais nommé ni montré, soit le narrateur “neutre” de sa propre histoire.